Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Toi, tu creuses.

Ever since this old world began A woman found out if she shook it, she could shake up a man

Publié le 16 Novembre 2012 par SanKa

Ever since this old world began A woman found out if she shook it, she could shake up a man

Tu crois être une Femme parce que tu choisis la manière dont tu t'habilles, que tu disposes de ton corps. Disposes et exposes. Tu crois que tu es forte, que personne ne peut plus te la faire. Tu as des tas d'amies, un portable, un sac à plus de 500 balles et des tas de gens qui te suivent sur les réseaux sociaux. Tu crois que tu es forte parce que tu es libre de placer un fuck quand tu voudras, emmerder le monde. Tu crois que tu es belle, jeune et que cela ne cessera jamais. Et tu as raison. Cela ne cessera jamais.

Tu crois que tu es une Femme parce que tu as enduré des douleurs insoutenables. Le front dans la poussière. La bouche sur le bitume. Mais être cette Femme tient à l'étape suivante. Il est facile de tomber, tout le monde le peut. Tomber c'est facile, laisser tomber aussi. Mais savoir se redresser, les mains écorchées par les cailloux, les genoux bléssés par le gravier, le regard insoumis, c'est cela être une Femme. Etre amie, amante, pudique et folle. Attaquer en étant douce, avouer ses peine en étant dure. Savoir se taire. Contrôler sans soumettre, pratiquer l'indiscipline.Suggerer sans provoquer, s'incliner sans se courber. Promettre sans mentir, mentir sur ses faiblesses. Secrete. Combative et souriante. Intègre et belle. Rentrer les griffes sans les couper. Etre curieuse, etre vivante. Sage et entreprenante. Belle et epatante. Sensible et endurcie. Présente, et insaisissable. Vorace et insatiable. Un être de sang, de chair et d'envie.

. Inspirer, Susciter, Aspirer, Orienter, Insuffler.

Viser le meilleur n'a jamais été condamnable. Ou bien prenons perpetuité ensemble.Tu es la femme que tu voudrais être. Seulement, tu ne le sais pas encore.

commentaires

Publié le 15 Novembre 2012 par Santana.K

If this is the kind of love that my mom used to warn me about; Man, I'm in trouble. I'm in real big trouble

If this is the kind of love that the old folks used to warn me about; Man, I'm in trouble, I'm in real big trouble

I need y'all to do me a favor

Someone please call 911 (pick up the phone ).Tell them I just been shot down and the bullet's, in my heart. And it's piercin through my soul (I'm losin blood).Feel my body gettin cold.

Someone please call 911 (pick up the phone ).The alleged assailaint, is five foot one and she shot me through my soul.

Feel my body gettin cold

commentaires

15h54

Publié le 15 Novembre 2012 par Santana.K

15h54

"You got a dream... You gotta protect it. People can't do somethin' themselves, they wanna tell you you can't do it. If you want somethin', go get it."

commentaires

°-°

Publié le 4 Novembre 2012 par Santana.K

Je dirai bleu, elle dira noir.

Je dirai mieux elle me semble croire.

J'ai pas de chance, et manque de pot

Elle se joue de tout et même des mots.

Je dirai bleu, je dirai rouge

Je dirai "je" ca donne le blues.

Je crois ca fait, oui je suis fait.

Oui je suis foutu et c'est bien fait.

Sans respirer j'ai une peur bleue.

Je pique un fard, j'ai mal aux yeux.

Je relève la tête, regard concis.

Regard facile, regard precis.

En implosion, moment critique.

Bang atomique, fille atypique.

Introspection plus verre d'alcool.

C'est elle moins moi et ca m'immole.

Je dirai bleu, elle dira noir.

Je dirai "je", elle voudra voir.

commentaires

1,2,3,4 tell me that you love me more.

Publié le 4 Novembre 2012 par Santana.K

Faut que je te l'avoue, c'est peut être pas le bon soir mais...Je peux pas faire face toute seule. J'ai besoin de ta main dans la mienne, qui la serrerait par intermittence. Insufflant ce qu'il me faut de courage et d'inconscience pour me jeter de l'avant. Sans jamais avoir prêché la dépendance à l'autre, tu m'as convertit au tourment. J'étais une approximation, tu me concrétise le corps à demi penché dans le vide. Si je tombe tu tombes pas vrai? Tout ca, ca me fait peur, une trouille de malade, mais, le vide avec toi, ba ca semble beaucoup plus cool.

1,2,3,4 tell me that you love me more.
commentaires

We, ourselves and them.

Publié le 4 Novembre 2012 par Santana.K

Ce n'est pas facile, on ne se rend pas compte comme il est dur d'être soi. Mais l'important n'est pas d'être ce que l'on attend de vous. L'important c'est d'être vous. De vivre à s'en bruler les poumons,de voir, de sentir. D'être, à s'en consumer. Pour n'avoir aucun regrets . Et le moment venu, choisir la personne au pieds de qui déposer le tribut du combat.

"Je suis là, j'ai vécu. Si tu savais comme je me suis battue, mais je suis là. J'ai planté mes pieds ici, mais si je le veux, demain je repartirai."

L'important n'est pas d'être ce que l'on attendra de vous.

L'important est de s'être important.

We, ourselves and them.
commentaires

Publié le 4 Novembre 2012 par Santana.K

Il y a de ces instants ineffables qui ne tiennent qu'à une chanson, une odeur, une sensation. La vie ce n'est que cela, tu verras. Des phases heureuses, sombres, qui se projettent, se superposent avec en fond sonore des gens, tu comprendras. La vie ce n'est qu'un morcellement savoureux, fade, douloureux. Et pourtant il y a de ces éléments forts auxquels on s'accroche plus que tout. La constance je crois, quelque chose de familier qui tourne en boucle. Un ami, un projet. L'important étant de vivre ce tout avec intensité et rage. On se respecte en se battant pour ce qui nous tient debout. Avant de respecter les autres. Marquer de sa morsure. Viser haut, viser grand, voir juste.

commentaires

Frappe fort. Et ensuite prie, pour que je ne me relève pas.

Publié le 4 Novembre 2012 par Santana.K

Voir n'est pas savoir. Sachez-le.

Si tel était le cas, l'on se serait arrêté à l'image du sauvage que représentaient les peuples indigènes fraichement déracinés de leur terre pour arriver en occident. L'on continuerait de penser que la Terre est le centre de l'univers. Qu'il n'y a, ni dieux, ni croyances autres que celle que l'on a sous nos yeux.

Mais surtout, à l'espoir qui se cache, l'aide et la loyauté encore timides, les actes héroïques fous, forts de chacun partout et tout le temps, l'on substituerait les guerres politiques, coloniales, religieuses, civiles, territoriales, l'hypocrisie, le laid, la douleur, l'avarice, le pouvoir et la loi du plus fort qui se dresse devant nous.

Ce sont leurs guerres, pas les miennes. Ils sont forts car nous les laissons l'être. Nous sommes durs parce qu'ils nous forcent à l'être.

Je pense que la première des guerres devrait être celle que l'on mène pour conserver sa dignité, sa singularité, son intégrité, l'insurrection à un mouvement donné.

L'étranger c'est l'autre, l'étrange ce que l'on ne connait pas. Et l'ignorance tue.

C'est nous contre un savoir fait de vacuité et d'égo.

Voir n'est pas savoir, voir n'est pas connaitre. Vivre c'est comprendre.

Frappe fort. Et ensuite prie, pour que je ne me relève pas.
commentaires

Hay Amores.

Publié le 4 Novembre 2012 par Santana.K

Les femmes sont éduquées depuis toute jeune pour l'amour. C'est par la suite que cela se complique, que le vulgaire prend place.

Un fois dépucelées physiquement et émotionnellement elles deviennent cet être misérablement sensible, raisonnablement dur mais magnifiquement humain.

Oscillant entre la femme de vertu, épouse, mère, et l'être fatal et désirable digne d'un clip de rap.

Depuis petite on leur assure qu'elles se marieront avec l'homme qu'elle aiment au moment qu'il faudra , que "chaque pot a son couvercle évidemment."

Et si jamais ce discours ne les rassure pas , les films de Disney, les comédies romantiques et les clichés véhiculés par la société finissent de les endormir.

Depuis toute jeune éduquées pour cette chose, vraie, tendre et respectueuse.

Aussi messieurs, ne nous en veuillez pas de ces crises hystériques, jalouses et inexpliquées.

La trahison a un goût tellement humain, qu'une déception sentimentale n'est pas deux bipèdes se disputant un territoire, mais bien une utopie amoureuse qui se meure doucement.

Victime de l'embrigadement mental passif et passionné.

Hay Amores.
commentaires

Girl I'm just trying to kiss your neck without a word . Girl I'm just trying to lay you down without a word

Publié le 4 Novembre 2012 par Santana.K

J'avais envie de toi avant que tu te doutes de mon existence. J'avais une ébauche, une approximation de ce que je voulais , une idée preconçue de l'amour que l'on m'a vendu depuis que je suis petit garçon et j'ai été assez bon consommateur jusqu'ici. Je pensais que j'aurais pas de copines tant que je pourrais pas payer le ciné. J'avais appris pas mal de parades verbales, savoir placer un "fantastique" "t'es la première" jusqu'à l'imparable "t'as de beaux yeux" mais ya rien qui m'avait préparé à toi. Même pas une putain de notice en japonais qu'on trouve au fond de la boite. C'est la merde. Jvoudrais qu'il y ai un panneau "vous êtes ici" comme dans le métro là. Je suis pas tombé amoureux pour la musique que t'écoute, elle craint parfois, ni pour l'endroit ou t'habite, le genre et le nombre de potes que t'as, pas pour tes yeux non plus désolé. Je vais pas te dire que tu es la première parce que... parce que c'est pas vrai. Moi j'emmerde tout ceux qui nous crachent leur bonheur de couple à la figure. S'ils étaient vraiment heureux ils le criaient pas sur tous les toits. Alors voila j'ai toujours pas de quoi payer un ciné mais tu m'as demandé d'être honnête. T'es chiante, têtue, tu parles trop vite, t'arrive pas a dire le mot "aeroport " correctement, t'aimes tellement la pluie qu'un jour tu chopperas une pneumonie , mais je prends. L'ensemble, le tout. Ta musique de merde aussi tant qu'à faire. L'ensemble, le tout, parce que c'est encore meilleur que de manger le Nutella à la cuillère.

Girl I'm just trying to kiss your neck without a word . Girl I'm just trying to lay you down without a word
commentaires
1 2 > >>